Les nouveaux agriculteurs sont diplômés, connectés et passionnés

Le Figaro.fr | 24.02.2015| Agnès Dopff

À l’occasion du Salon de l’agriculture, Le Figaro Étudiant s’est intéressé à ce secteur qui recrute, à la condition d’être pluridisciplinaire.

Avec près de 50.000 salariés agricoles permanents recrutés chaque année selon la Mutuelle sociale agricole (MSA), le secteur de l’agriculture reste en France l’un des secteurs d’activité les plus dynamiques. Des salariés d’exploitation aux enseignants en établissements agricoles, sans oublier les gardes-chasses et garde-pêches, les débouchés sont variés dans le domaine, et attirent chaque année de nombreux jeunes. S’il existe des formations courtes (CAP Agricole..), les salariés sont en réalité de plus en plus qualifiés: de Bac+2 au diplôme d’ingénieur. Une hyper-qualification qui s’explique notamment par la mécanisation galopante sur les exploitations. Une étude d’Agreste relevée par La France Agricole renverse ainsi certaines idées reçues, puisque d’après elle seuls 3% des agriculteurs et employés agricoles ne possèdent aucun diplôme, et présentent ainsi une qualification globalement supérieure à celle de la population française.

Secteur en pleine mutation, l’agriculture ne cesse de se développer et exige désormais des compétences toujours plus variées, de la communication à la conduite de projet. Comme l’explique Bruno Guermonprez, responsable du pôle agriculture à l’Institut d’Enseignement supérieur, de Recherche et d’Expertise (ISA) de Lille, les jeunes ingénieurs sont nombreux à s’orienter vers les métiers de la terre. Organisé en trois pôles, le secteur agricole recrute ainsi en amont, dans le domaine de l’agro-fourniture: les nouveaux arrivants, essentiellement formés en expérimentation et en commerce, y développent et y promeuvent les engrais, semences… , ainsi que les nouvelles technologies d’exploitation.

Parmi elles, le recours aux drônes, de plus en plus fréquent dans les zones de culture, où l’appareil est utilisé pour contrôler les récoltes et concentrer les besoins. Un second pôle de formation prépare les jeunes ingénieurs aux métiers du conseil et du développement, leur permettant ainsi d’orienter les institutions, les entreprises ou les ONG dans leur gestion énergétique. Enfin, les écoles d’ingénieurs forment également des jeunes gens au domaine de l’approvisionnement, dans le domaine de l’industrie agro-alimentaire. France Stratégie prévoit ainsi la création de 18.000 postes de cadres agricoles d’ici à 2022.

 

 

Panier de produits bio distribué par une AMAP (Crédits photo: sous licence Creative Commons/heroesbed)
Panier de produits bio distribué par une AMAP (Crédits photo: sous licence Creative Commons/heroesbed)

 

La profession d’agriculteur continue de plaire à la jeunesse française

Parmi eux, quelques-uns pourtant décident d’aller plus loin, et tentent l’installation à leur propre compte. S’ils sont souvent issus de familles d’agriculteurs, les profils restent néanmoins variés, et l’on compte également des fils de médecin, de cadre ou de journaliste dans les nouveaux arrivants. Alors que les jeunes issus du milieu reprennent en général l’exploitation familiale et ses éventuels salariés, les novices se trouvent quant à eux confrontés à la rareté du foncier, et font souvent le choix de s’orienter vers une agriculture plus locale. Limités en surface, les jeunes agriculteurs sans exploitation à reprendre préférent ainsi concentrer leurs efforts sur la valorisation des produits. Production biologique, création d’associations pour le maintien d’une agriculture paysanne (AMAP), transformation sur place, les stratégies sont nombreuses pour pouvoir vivre de la terre dans un contexte foncier difficile.

Pour faciliter cette installation délicate, l’État français propose ainsi une aide aux jeunes qui décident de tenter l’aventure. Pour en profiter, les nouveaux agriculteurs doivent au préalable déposer un dossier de demande d’aide, dans lequel ils présentent leur projet en détail, et tentent ainsi d’en démontrer la viabilité à long terme. Si l’aide est accordée, le chef d’exploitation a cinq ans seulement pour atteindre ses objectifs, sans quoi la somme accordée peut être réclamée. Aussi est-il nécessaire de se préparer au mieux aux réalités du métier et du milieu avant de tenter l’aventure. A travers le site Demainjeseraipaysan, on peut ainsi entrapercevoir la dimension résolument moderne de la profession, et l’hyper-présence des nouvelles technologies. Pour les jeunes entrepreneurs agricoles particulièrement, plus possible désormais de se passer des outils internet, ni des réseaux sociaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

* Copy This Password *

* Type Or Paste Password Here *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>